Publié le 6 Septembre 2017

Où en sommes-nous?

J'ai longtemps réfléchi à quel article rajouté sur mon blog... Je ne vais pas vous re-raconter la saison, ce serait répétitif, mes aléas, re-répétitif, même si je vais sûrement vous en reparler d'ici peu.. Puis, j'ai eu envie d'appeler cet article "se lancer avec un bébé, est-ce possible?" mais ça faisait un peu closer/voici/marie-france, bref pas du tout méga entrepreneuse de l'année...

Sauf que c'est ça la vie !

Donc oui, l'article va parler de ça et d'autres... car c'est la vraie vie, celle où on se bat avec le quotidien, où ce n'est pas toujours facile et pour vous montrer que non, je ne suis pas courageuse, peut être stupide mais surtout animée! Parce que je sais que ça va marcher !! ;) 

Donc voilà, mi-Mars, un mini escargot est arrivé. ça a beaucoup bousculé la 2° saison des escargots car j'ai arrêté de soulever des caisses, rester debout pendant les marchés, etc... fin Janvier (je me suis laissée un peu de marge, mais je commençais à fatiguer des mois passés).

Normalement, c'est à cette époque que les héliciculteurs reprennent la voie de la préparation des parcs à l'extérieur. Pour moi, c'était la saison où je devais agrandir mes parcs car j'allais mettre plus d'escargots - et oui, à un moment, il faut être rentable pour en vivre, car c'est bien beau de vous faire connaître le métier mais moi, je dois en vivre et amener ma part dans la famille. Oui, vous l'aurez compris, c'est bibi qui s'y est collé, quand il pouvait bien sûr, et comme il pouvait aussi. Je voulais pas trop faire ma chieuse alors que c'est lui qui faisait tout genre non, plus à droite, non, plus à gauche... la planche, hein, qu'est-ce que vous croyez? Avec l'aide du frérot toujours, un peu, de la soeur et son copain et de l'autre soeur et son pacsé ... ;D 

Bref, je n'aurais pas mis les planches comme ça, j'aurais sûrement rajouter une allée de circulation, mais même enceinte, faut pas charier... tu lèves pas le petit doigt, donc tu la boucles. Les parcs se sont montés (2 de plus s'il vous plaît quand même), et le mini-escargot a pointé le bout de son nez... il faisait super beau, chaud, le pied. C'est le printemps.  

Donc mini-bout est là, toute petite, toute mini, toute mimi... faut s'en occuper, se lever, la baigner, l'habiller, la sortir, ne pas la lâcher, et ne pas oublier le grand aussi, qui n'est pas si grand finalement et qui a toujours besoin de sa maman et son papa. Et il ne faut pas oublier les rendez-vous à la chambre d'agriculture pour avancer le dossier d'installation, avancer le prévisionnel économique, et donc les heures passées -pendant les siestes à mini bout quand elle veut bien - à chercher des devis, des informations, des chiffres, les mails à la sécu, à la msa, car chacun se jette la pierre (mais c'est un autre post que vous avez déjà lu)... déjà mi-Avril, les naissains arrivent !! 

130000 bébés sont làààààààà ... il faut vite les mettre en parc pour ne pas qu'ils souffrent de la chaleur, avec mini-bout accrochée à moi qui hurle ... 1 mois déjà. Et commence la galère avec l'eau, aller remplir des cuves, arroser tous les soirs, re-remplir les cuves, le midi, pendant la pause de monsieur, et arroser le soir... c'est bibi qui s'y recolle c'est sûr!

Et on recommence les rendez-vous : avec l'électricien, le plombier, avec l'agglomération pour le branchement de l'eau, un autre constructeur... puis vient le temps où il faut retourner au laboratoire pour refaire un stock de bocaux pour préparer la 1ere foire de l'été Prom'Aude, début Juin. Tu n'as que 2 mois. Mi-Mai, arrive la 2ème cargaison de naissains, 80000 de plus à mettre en parc. Et la galère de l'eau augmente car les 5 parcs sont plein et il faut arroser et nourrir tout ça tous les jours, tous les soirs. Moi, j'ai bébé à nourrir quand elle veut si elle veut, quand elle a peur, quand elle n'est pas rassurée, quand elle a faim, quand elle veut un calin... tout le temps, tous les jours... Mais il faut avancer, ne pas trébucher, garder l'élan de la motivation.

Arrive Prom'Aude, début Juin, 1 ere grande foire d'été, 1ere rencontre avec mes clients à nouveau depuis cette grande pause de quelques mois... la fin aussi du congé maternité, et donc plus de salaire... le début d'un nouveau stress, il faut que ça marche !

Et là, bouffée d'air pur, bouffée de monde, de sourires, de questionnements, de gens ravis, contents, de compliments ... Aaaaaaaah, que ça fait du bien! Mini bout n'est jamais loin pour sa tétée, elle est d'ailleurs déjà dans le journal ! 

Et c'est reparti pour les marchés de producteurs, journées de laboratoire pour transformer en bocaux, en croquilles, et vider les stocks (faibles d'ailleurs)... et tu as déjà 3 mois. Tu restes avec papa, même si tu ne veux pas de biberon, seul le sein de maman te nourrira !!

L'été est là, quelques nocturnes, des marchés de producteurs, des foires, des super moments, toujours des compliments, des tests, des échanges, des visites -quand c'est possible-... un petit refus de la banque en passant, qui me plombe les ailes pendant un certain temps quand même. 

Et toujours la galère de l'eau, la crèche qui va fermer, et donc le grand pas si grand à faire garder pour avoir du temps pour la saison de ramassage qui va démarrer... bientôt 5 mois déjà. Grand-mère veut bien le prendre à ses risques et périls, merci Mamichou ! ouf, un de moins mais mini bout est toujours là, ne veut toujours pas de bibi, donc ça va être les petits pots, pas le choix, sinon, le sevrage va être compliqué. C'est bibi qui s'y colle, sinon pour moi, trop dur, ça sent le lait, mini bout s'accroche, veut pas de cette cuillère en plastique alors que son sein à elle est tout près, donc je sors, je pars, je vais voir mes escargots... est-ce que ça pousse, est-ce que ça grandit? 

Pas assez vite, ils ont chaud, très chaud ! Ils ont séchés et se sont figés lors de la vague de chaleur! Mince, une solution, vite... plusss d'eau, plussss d'eau, les décoller, planche par planche, un par un pour qu'ils se réveillent et retrouvent leur activité. Et la galère de l'eau continue mais on garde le moral. D'autres rendez-vous pour les banques pour débloquer le dossier d'installation... j'attends la réponse pour dans quelques jours (et ceux qui auront lu jusqu'ici me demanderont où ça en est :D ) .

Et Voilà, nous sommes en Septembre, tu as 6 mois dans pas longtemps, quelques jours, tu fais ta première vraie journée à la crèche aujourd'hui, mon grand pas si grand est rentré à l'école, c'est dur pour lui, il n'a pas 3 ans,  il aime faire des blagues, jouer aux voitures, voir des bêtes, courir, sauter, faire des cascades, il rêvait de faire comme les grands, aller à l'école, mais c'est encore dur... prendre le bus tout seul, aller en classe, ça va le faire mon grand... je commence à respirer, à peine, les hormones de l'allaitement sont en train de me quitter, lentement et sûrement donc gros coup de pompe et gros coup de mou mais je sais que c'est passager, il faut prendre soin de soi, ne pas se laisser aller, profiter de la dynamique des marchés, de la transformation et reprendre la saison à bras le corps! Parce que c'est pas pour dire, mais si vous avez tout lu, j'en ai pas fiché une quand même dans mes parcs finalement. 

Donc voilà, une 2ème saison cabossée par l'arrivée d'un mini-bout, ça ressemble à ça... c'est sportif, stressant, pas abouti, mais maintenant, on est 4 ! 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Axelle B.

Publié dans #La vie d'éleveuse

Repost 0

Publié le 22 Mai 2017

La maison de l’entrepreneurLa maison de l’entrepreneur

Alors, non, ma maison ne ressemble pas du tout à ça! Quel dommage!

Par contre,je vais vous montrer à quoi ressemble l'intérieur de mon appart. Pas pour faire genre, " j'ai besoin d'une femme de ménage, au secours ! "... quoique ... mais plutôt pour vous montrer jusqu'où on peut arriver quand on travaille chez soi alors que 1- c'est pas vraiment chez moi car je loue et 2- c'était pas prévu autant de bazar ... je m'explique, j'ai ma société depuis 1 an 1/2 (presque), je fais de l'élevage, de la transformation, de la vente, bref, beaucoup de matos, quoi! Mais figurez-vous qu'on ne pense qu'après à "où est-ce que je vais les mettre?". Et ça finit en "un peu là" et "un peu là-bas". 

Oups.... Notre fille n'a plus de chambre!

Je vous en avais touché deux mots dans un autre article mais pour vous rendre compte vous allez voir la vraie réalité. 

La maison de l’entrepreneur

Donc ça, c'est la salle à manger... la table de la salle à manger... et aussi le bureau. On dirait presque qu'on mange sur le bureau vu que l'espace du bureau est plus important que la table. Et heureusement qu'on est pas 4 hein! 3, c'est bien à table. Et encore, on a rangé un peu car la famille est passée cette semaine donc on a poussé.  ;o)

Oui, c'est pathétique. Le bureau devait être en haut, mais avec la grossesse puis l'allaitement, c'était beaucoup plus pratique de bosser en bas. Et comme toute bordélique mais qui sait exactement où est quoi dans son bordel, ben... c'est le bordel !

Sinon, vous voyez mes 2 aquariums avec mes escargots petit gris et gros gris qui vont me suivre pendant mes manifestations. La première étant Prom'Aude cette année, il y a une journée enfants, donc ça peut être sympatoche! La tablette de chocolat oblige pour se remonter le moral. Des papiers, mes cours qui me servent de bible quand je cherche une réponse, mes cahiers, mon photobook tout beau tout neuf, pareil pour les manifestations. Les factures à rentrer dans l'ordinateur, l'ordinateur, des bocaux de produits pour faire de la pub s'il y a des gens qui viennent, un fourre-tout, des fourre-tout, bref, que du utile!

Allez, on passe à la chambre d'amis ... qui devait être la chambre de nous mais nous squattons la chambre de ma fille ...

La maison de l’entrepreneurLa maison de l’entrepreneur

Alors, la chambre d'amis s'est transformée en espace de stockage. Il y a 3 congélateurs, 1 petit frigo, des cartons pour les envois, le matériel pour faire les marchés, ... bref, que du "qui prend pas de place". Les placards sont mes zones de stocks de produits et l'autre placard -que je ne vous montre pas- est mon placard pour stocker mon matos pour le laboratoire. Et la grosse glacière bleue, j'en ai 2 comme ça, c'est pour ramener les produits frais ou congelés du laboratoire ou l'inverse, pour la chaîne du froid, parce que je travaille bien, moi.  ;o)

Vous voyez bien que c'est rangé quand même?  LOL

Et maintenant le pire du pire...

La maison de l’entrepreneur

Bon, j'ai pas pris la photo de face car la zone est minée par les chats. C'est leur coin. Mais normalement, la mezzanine devait servir de bureau/chambre d'appoint, bref, que du bien. Et tout ça s'est transformé en accumulation de beaucoup beaucoup de choses pour "plus tard". Donc une cuve de récupération d'eau de pluie, des filets pour les parcs à restaurer, des cartons, des caissettes, etc. pour faire le séchage des escargots après...

Donc vous avez vu, bosser chez soi, c'est bien. Mais ça dépend de l'activité. 

Alors, quand vous avez l'opportunité de construire votre bâtiment agricole, même si c'est un investissement, ben, vous prévoyez grand, assez, surtout, car vous multipliez le bordel par 10, voire, 20. Et je rigole à peine. 

Et quand on vous dit : "T'as pas prévu trop grand avec 100m² de stockage alors que je dois y mettre l'aliment, le bois, le matériel pour la vente, le stock matières premières, emballages, etc, etc. NON, je n'ai pas prévu trop grand, c'est même un peu juste !!!

Petit article sans prétention aujourd'hui, pour vous mettre en appétit pour le reste qui va suivre très vite !

Bonne lecture et à la revoyure

Voir les commentaires

Rédigé par Axelle B.

Publié dans #La vie d'éleveuse

Repost 0

Publié le 12 Avril 2017

La moitié p(l)eine...

Ce post n'est pas la suite du précédent mais un tout autre...

Cela fait plusieurs conversations que j'ai avec des collègues, amies, ... qui ne savent pas trop où elles seraient sans leur conjoint qui les supporte, soutient, fait le boulot à leur place, ne dorme pas non plus, bref... en chie aussi. Ce conjoint qui est à l'envers des projets, qu'on ne voit rarement mais qui s'est tapé autant de boulot que vous mais c'est vous la chef. 

Moi, en ce moment, il bosse, s'occupe du grand, finit les parcs, s'occupe de sa future vigne, doit faire son rapport ... hum hum ... mais il est content. Content car il voit se dessiner ce projet qu'il croyait un peu taré de pouvoir se lancer dans la vigne. Fatigué mais content. 

J'ai une amie, son conjoint lui monte son labo dans le garage. Un projet un peu fou aussi. Elle a peur, elle flippe pour l'avenir de ses gosses mais son conjoint, il est content. Content qu'elle est trouvé ce qui lui plaisait, ce qui la faisait rêver, ce qui la faisait se lever le matin. 

J'ai une autre amie (toute fraîche celle-là), son conjoint travaille en 3x8, assure les marchés parce qu'elle était enceinte, participe aux travaux de construction de la maison, des parcs, des livraisons et garde le petit dernier. Et chope les microbes des petits entre - temps. Mais je suis sûr qu'il est content. Content que sa femme ait ce projet qui les rend heureux tous les deux. Là, ils en chient, on en chie tous avant la saison des marchés car on n'a pas notre quotat de félicitations des clients. Ils en chient mais c'est leur projet, leur bébé.

Oui, c'est courageux de changer de vie, c'est courageux de faire ce qui nous plaît dans une société où on a l'impression que tout le monde étouffe, dans une société qui, aujourd'hui encore, te regarde et te dit :" mais, tu fais encore des enfants malgré le futur qui les attend!", dans une société qui ne rêve plus, qui ne chante plus, qui ne sourit plus. 

Mais ce courage, on le porte à deux. Et heureusement. Parce qu'il n'y a pas que le courage et les félicitations qu'on reçoit mais aussi toutes les merdes qui vont avec. Comme le dit si bien une collègue héli, amie maintenant même si on ne s'est jamais vues, "il n'y a personne dans cette putain de démocratie pour aider ce qui y croient et qui créent? Comment on peut vivre 3 ou 4 ou même 5 ans sans se verser de salaire?"!

Et oui, alors, heureusement, on est 2 dans la même galère, même si des fois, c'est trèèèès difficile. Car on ne communique pas sur les doutes, les peurs, les tergiversations, car on ne veut pas effrayer l'autre. Bien sûr, on les devine. Le mien, je sais qu'il est méga fier de mon projet, de notre projet, mais il flippe. Mais tout le monde flippe, c'est normal!

Mais voilà, dans notre monde de fous qui se lancent corps et âme dans leur projet, les conjoints et la famille n'ont pas le choix, ils suivent et cela met d'autant plus la pression que si on échoue, ils en pâtissent.

Donc, MERCI. Merci au conjoint, à la moitié qui se démène pour que tout fonctionne. Merci à toi qui supporte ma tête de chien parce que je ne dors pas de la nuit et je me prends la tête avec mes devis. Merci 

et là, ma fille vient de me vomir dessus, donc, salut la compagnie!!

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Axelle B.

Repost 0

Publié le 11 Avril 2017

La tête frappadingue ...

Oui, je fais une petite pause... de maternage! (et je continue d'ailleurs, ça fait que 3 semaines, enfin, presque 4!)

Alors, c'est quoi ce titre de ouf?

Ben, c'est pour vous dire que malgré ce qui a déjà été fait, je n'arrête pas de tout vouloir re-faire. C'est pour exprimer mon mécontentement de moi-même... je trouve le logo trop simplet, mes étiquettes trop moches, pas vendeuses, trop cheap (surtout qu'elles ont pris l'eau pour certaines, il faut que je décolle-recolle, je vous raconte pas la galère), certaines recettes, pas top top, tout est un peu trop aléatoire et je m'en veux!

J'aurai pris le temps de bien faire...Mais voilà mon dilemne, j'aime bien tout faire dans le speed et toujours plusieurs projets en même temps! (ma prof de français de 6ème me le reprochait assez souvent : "tu veux faire trop vite, tu ne vas pas au fond des choses!"

Donc, là, je reprends petit à petit... j'ai contacté une graphiste, je me renseigne sur les options pour mon laboratoire et son matériel... pour les recettes, c'est toujours le même problème, je me dis que tant que j'ai pas mon laboratoire c'est compliqué de perdre du temps dans celui que je loue à faire 2-3 pots d'une autre recette... alors, je repousse, je reporte, je me mécontente (ça se dit pas hein)...

Certains me diront : "t'as qu'à tester chez toi"...bon, je vais être méga honnête avec vous, chez moi, c'est pas le boulot! Même si j'en ai absolument partout, et je rigole pas, la maison est envahie et je n'en vois plus le bout, chez moi, non... et puis, je connais trop la différence entre des recettes faites chez vous et celles sorties autoclave... la bonne blague, rien à voir!!

 

La tête frappadingue ...

 

Et autre chose me turlupine... j'ai un diplôme d'ingénieur en agroalimentaire et je me sens incapable de réfléchir par moi-même à du fait-maison! Je vois les problématiques, mais je suis formatée à réfléchir et non pas à agir et du coup, je bloque! Et ça me complexe... Les gens, quand vous leur dites que vous êtes ingénieur en alimentaire te disent : "ouah, mais pourquoi vous faites ça?" "Mais quelle idée!" "Pfff, la chance" "Si j'avais pu..."

Sauf que des fois, on se retrouve dans un chemin, une voie, on va au bout parce qu'on se dit : "pourquoi pas?", sauf que quand on voit la lumière du bout, ben, on ne sait plus pourquoi on a fait ça. Moi, je savais. Je voulais créer des produits, mais pas en grandes méga industries, plutôt de la petite mimine qui bosse dans un petit labo. Et le souci du cursus ingénieur, c'est qu'ils ne te forment pas à être autonome dans ta petite cuisine (peut être en dernière année, mais je ne l'ai pas faite en France). On t'apprend à réfléchir, à prendre du recul, à travailler en groupe, à manager, à penser, à voir les problèmes, les comprendre et les analyser, mais faire du fromage ou du yaourt chez toi, on ne te l'apprend pas! Du coup, quand on ne voit que des grandes entreprises avec des gros process, on se dit qu'on ne peut pas faire du fromage à la maison, c'est pas possible, il faut des grosses machines, des contrats, de la paperasse, etc.... Ah si, il y a un stage de 2 semaines en exploitation agricole ... ;) Attention, je parle pour moi, ma façon de voir, ma façon de penser. Effectivement, l'école forme à tellement de métiers qu'il est difficile de tout voir, tout faire, et de contenter tout le monde. Et c'est pour ça aussi que j'étais partie faire ma 5° année ailleurs, loin, pour voir...

La tête frappadingue ...

Et j'ai vu! Les étudiants de l'école où j'étais avaient presque tous créé chacun leur société qui faisait du panetone, du yaourt, du fromage, des fruits séchés... bref, la vraie vie quoi!! ça avait l'air si simple et tellement loin de notre façon de former les ingénieurs!! 

Vous suivez encore là? Oui, c'est un peu long, je sais...

Et oui, dans d'autres pays, les étudiants sont formés et encouragés à créer leurs produits, leurs entreprises. On ne les décourage pas ni par de la paperasse à n'en plus finir, ni on ne les déconseille, on les pousse !!

Ok, je me suis un peu égarée de mon propos...

Mais c'est là où je voulais en venir... Malgré tout le bagage que j'ai (oui, ça fait un peu pompeux), ben, je doute comme n'importe qui qui se lance et j'ai l'impression de ne rien savoir de plus. La texture de mon produit ne me plaît pas? Je fais quoi? Je me plains à mes formateurs (les pauvres, déjà que je les saoule ;) toute la journée) ou je cherche toute seule la solution car je devrais savoir où est le problème?

C'est là où le bât blesse... oui, mon diplôme rassure les banques, rassure les entités, mais finalement, est-ce que 10 ans après, notre diplôme nous représente encore? Pffff, encore des questions ... Je me fatigue moi-même !!

Donc, j'en suis là, à regarder mes produits et me dire que je peux faire mieux et qu'il faut que je fasse mieux... qu'il faut que je trouve des recettes qui plaisent, qui titillent, qui attirent... qu'il faut que je développe tout ça... et vous savez quoi? Non? Ben, vous attendrez le prochain post ;)

Voir les commentaires

Rédigé par Axelle B.

Publié dans #La vie d'éleveuse

Repost 0

Publié le 7 Mars 2017

Un peu de lumière sur ...

Je voulais mettre un titre un peu provovateur mais je n'ai pas osé à cause du contexte ... La Maison du Suicide Agricole ... Oooooooooh, mais ça a les mêmes initiales qu'un organisme que je cotois maintenant tous les jours ... La MSA !! LA Mutualité Sociale Agricole...

Pour ceux qui n'ont jamais approché le monde agricole, kezaco?

Pour les autres, je vois le sourire se dessiner sur les lèvres, genre un peu ironique.

Bref, c'est bien de cet organisme que je vais vous parler. 

Il faut savoir qu'à partir du moment où vous créez votre entreprise, vous appartenez à un régime de protection sociale spécifique et pour les agriculteurs, c'est la MSA. 

Quand le monsieur est venu la présenter au stage 21h du PPP (plan de professionnalisation personnalisé), ça avait l'air trop sympa. Tu as tout au même endroit, un guichet unique pour la CAF, les APL, la sécu, retraite, etc.... etc.... youhouhou...

et puis... c'est le drame.

Donc, je vous raconte mes péripéties avec la MSA... vous comprendrez mon léger énervement face à cet organisme. 

Attention! Ce n'est pas contre les gens, je ne les connais pas! 

Donc, il faut savoir que j'ai créé mon entreprise en 01/2016 pour une raison précise... que moitié puisse démissionner de sa boîte avec les allocations car ôh joie! il était dans une boîte tellement compréhensive qu'elle lui a fait comprendre qu'ils ne feraient aucun effort pour faire une rupture à l'amiable. 

Bref, donc à partir de 01/2016, la MSA est venue vers moi pour me demander quoi/comment/où/pourquoi. Tout ça par courrier qui arrivait à la mauvaise adresse et donc que je recevais parfois 2 ou 3 mois après avec des informations pas claires sur ce qu'ils voulaient et un espace privé sur leur page internet qui ne sert apparemment pas pour eux. En 2017, on communique par courrier postal ! 

Je vais mettre en parallèle le pôle emploi pour que vous voyez la différence de communication et d'échanges. 

Je rentre en formation de Février à Juin 2016. 

Fin Juin 2016, je vais voir la Pôle emploi car j'ai ouÏ dire que je pouvais avoir des soucis si ils recoupaient la création de l'entreprise avec les allocations...patati patata... J'ai discuté avec une dame pendant un petit moment, qui m'a fait faire des papiers, écrire une attestation comme quoi je n'ai pas de revenus pendant pfffffff.... tout ça et donc que je demandais à conserver mon allocation (qui m'aidait pour ma boîte soit dit en passant). 

Le pôle emploi 1 - MSA 0 

Pôle emploi m'a entendu, conseillé, aidé et fait au mieux, je n'ai eu aucun souci !

Et puis, un jour, je vais à la pharmacie, et elle me dit : un problème avec votre carte vitale, non reconnue. "Tiens, bizarre"

Je vais sur AMELI.fr, tape mon numéro de sécu et "vous ne faites plus partie de cet organisme" ou "numéro inconnu", je ne sais plus. J'envoie un mail, ma spécialité. Réponse rapide : "vous n'êtes plus affilié chez nous mais à la MSA". 

Un mail à la MSA qui me répond qu'effectivement, cela paraît plus simple vu les circonstances que je sois affiliée à la MSA et plus à la sécu. Mouais. Donc, pas le choix, je mets ma carte vitale à jour et je suis affiliée à la MSA. 

Mais toujours à la CAF pour mon fils. 

Quelques jours plus tard, je reçois un courrier parti il y a 2 mois de la MSA, comme quoi mon entreprise allait être radiée car il manque des infos sur les papiers. Aaaaaaaah, c'est beau l'administration qui t'envoie un courrier POSTAL pour des informations URGENTES! 

J'envoie un mail avec les pièces et tout. Plus de nouvelles. Parce que vous ne savez jamais si oui ou non ils prennent en compte vos mails. Donc, je leur envoie un mail pour leur demander s'ils ont bien reçu mon courrier, traité leur problème et si c'est ok. Réponse "oui". 

Pfffffff

Donc, je suis au chômage pour mon ancienne activité salariale et je cotise en tant que cotisant de solidarité à la MSA en tant qu'exploitante. 

Je vous passe les demandes complètement loufoques "nous n'avons pas votre RIB" alors que ça fait 6 mois qu'ils me font des remboursements, le passage en douce de moitié à la MSA pareil ni vu ni connu avec mon fils qui a disparu des cartes vitales, génial!, les conseils HYPER logiques, si vous êtes encore à la CAF, restez à la CAF. "Mais, je comprends pas, le guichet unique, et tout?" 

Et arrive le congé maternité. Et là, c'est le drame. 

Il faut déclarer au pôle emploi que vous êtes en congé maternité. Ils envoient alors l'attestation à la MSA et la MSA prend en charge le remboursement des allocations, comme tout salarié, la sécu et sa boîte.

1er courrier de la MSA : Etant cotisant de solidarité, vous ne pouvez prétendre aux indemnités

2eme courrier de la MSA : Nous avons bien reçu l'attestation du pôle emploi, donc nous vous prions de nous envoyer les 3 derniers bulletins de salaire de votre emploi (pour le calcul des indemnités soit dit en passant)

3eme courrier de la MSA : la loi ne nous autorise pas à prendre en charge les indemnités des cotisants de solidarité. Voyez avec la CPAM.

Alors, c'est qui le patron? 3 courriers = 3 personnes différentes qui traitent le dossier!!

C'est eux qui m'ont viré de la CPAM !! Et c'est à cause d'eux que je me retrouve sans rien !

Bravo MSA !! Bravo pour l'encouragement à l'installation ! Bravo à votre soutien aux agricultrices! Bravo à votre compétence de communication !! Bravo à votre compétence d'adaptation !! C'est cool!! Au moins, ça met les pendules à l'heure! On peut compter sur vous !

Bravo! Bravo!

Je comprends tellement pas qu'on puisse être aussi c.... que ça me dégoûte !

Je vais respirer un coup et m'arrêter là car sinon je deviendrai vraiment méchante !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Axelle B.

Publié dans #La création ou reprise

Repost 0

Publié le 24 Février 2017

ça me rend dingo!!

Hello les intéressés de la carapace, ou des aventures d'une allumée qui souhaite s'installer de nos jours ...

C'est marrant comme tant que vous n'entrez pas dans le mic-mac de l'administration, vous ne prenez pas toutes les dimensions de sa folie. Vous connaissez Les douze travaux d'Astérix? Quelle culture vous me direz... Oui, chacun la sienne ;)  Obtenir le laissez-passer A38 dans la maison des fous ...  Cela reflète vraiment l'administration et la paperasse qu'il y a à faire dès que vous voulez enregistrer/demander des autorisations/etc. 

Bref, me voilà lancée dans une course contre la montre efrénée avec (contre?) l'administration!

Je vous explique... Je souhaite m'installer et "profiter" de la Dotation Jeunes Agriculteurs. Certains diront que ça ne sert à rien, c'est la police, on les a toujours sur le dos après ça ... oui, je conçois car ce n'est pas que 15000€ que vous touchez, non, non. Ces 15000€, vous les touchez car vous montrez pa-patte blanche pendant 4 ans en respectant tout ce que vous aviez écrit dans le dossier : investissements, quand où comment, chiffre d'affaires, quand où comment, charges, et j'en passe et des meilleurs. Des contrôles pour bien vérifier que vous êtes dans les clous que vous aviez écrit dans le dossier, des tenues de comptabilité strictes et validées, etc. 

D'un côté, cela me paraît logique qu'on ne vous donne pas des sous pour faire mu-muse avec... il y a eu des abus et ben, faut resserrer la vis aujourd'hui. 

Aujourd'hui, je suis cotisante de solidarité. Je vous passe le "du coup, j'ai droit à rien du tout alors que je ne touche rien du tout donc je suis pas vraiment patronne ni salariée donc mon congé maternité, dans le cul Lulu - pardon, mais ça m'énerve qu'il y ait des incohérences comme ça dans le système)... je m'égare... Mais si vous voulez des détails...en gros, je suis cotisante parce que j'ai un niveau d'heures ou de chiffre qui me permet de ne payer "que" 330€ de MSA, (bien sûr, cela ne correspond pas trop à la réalité mais généralement, tu ne peux pas payer tes 3300€ de cotisations dès la première année) ça vous paraît logique? Ben , pas à eux. Bien sûr, tu peux continuer ton job et commencer petit à petit, bien sûr, tu peux chercher un mi-temps pour compenser. Mais pendant que tu cherches ton mi-temps ou ton job, ben, t'as plus le temps pour ton activité. Tu suis? Bref, très bien pensé, bravo l'administration !! Donc tu veux te lancer, t'as pas une tune, c'est pas grave, on t'en prend et on t'enfonce avant ! Faut s'accrocher ! Ou avoir un super banquier qui croit en toi, t'avance ta trésorerie, ta tva, tes investissements... euh, comment te dire? Ils sont pas cons les gars ! Ou des super potes qui te donnent des sous via une plateforme pour que tu puisses débuter ;) hé c'est moi !!

Bref, petit moment d'égarement ...

 

 

ça me rend dingo!!

Donc je disais pour la DJA... 

Pour le dépôt du dossier pour la DJA, il faut présenter son plan économique qui justifie une rentabilité au bout de 4 ans. En gros, tu peux te verser un smic je crois au bout de 4 ans. Déjà dans la réalité, quel agriculteur peut dire qu'il touche au moins le smic?? 

Bref, passons. 

Sauf que pour monter ce dossier et ce prévisionnel, il te faut des chiffres d'investissement. Hors, dans tes chiffres, il faut que tu intègres si tu veux construire un bâtiment d'élevage, avec atelier et tout ça. Sauf que si tu veux construire sur un terrain agricole, il faut viabiliser le terrain si tu veux de l'eau et de l'électricité (bon, yen a qui te diront que non, tu peux débrouiller sans, une éolienne et un récupérateur et voilà... mais vu les quantités dont j'ai besoin, cela ne suffira pas à m'éclairer). Et pour avoir tes coûts de viabilisation, ben, il faut déposer le permis car ils veulent plus te faire (ou alors ça dépend des instances) une estimation de coût de viabilisation juste sur un CUb (et oui, pour la DJA, à la base, un CUb positif suffit). Et donc, il faut que tu déposes un permis pour ton bâtiment. Comme t'es super fort en dessin, ben tu dois prendre un archi pour qu'ils te fassent les plans et les dessins mais il fait juste le strict minimum car tu l'as payé que pour déposer le permis. Donc pas de nomenclature de matériau, de machin et de bidule. 

Et en plus, comme tu as une partie accueil public avec la boutique (tant qu'à faire, autant tout penser dès le début, sinon, ça ne sert pas à grand chose de se dire je vais faire un bâtiment mais pas une boutique), il te faut tout un dossier sécurité et accessibilité pour le public (sachant que tu vas accueillir 10 personnes par jour max, la plupart du temps, dehors...enfin bref. Donc, il faut rajouter l'étude du bilan thermique de ta surface qui accueillera le public si surface > 50m² et en plus, 2 mois dans le délai du permis de construire.

Et c'est pas fini...

Si tu  rencontres des constructeurs pour qu'il te fasse un devis (c'était le but à la base aussi), il te faut beaucoup de patience, car sans nomenclature, ben ils peuvent rien faire... 

Bon là, vous vous doutez que la soupape ne retient plus grand chose à 2-3 semaines de l'accouchement ! ça m'éneeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeerve !!

Et à côté de ça, on te dit (et ils ont raison), il faut que tu te reposes, il ne faut pas que tu t'énerves, penses au bébé... 

Mais quand les charpentiers te regardent avec des yeux désolés, voire en soupirant, et qu'ils te disent, mais il faut définir votre projet avec un bureau d'études. 

ça me rend dingo!!

whaaaaaaaaaat?

Alors, on ne s'est pas compris, je crois. Je monte le dossier pour la DJA. J'ai déjà payé un archi et j'ai déjà du déposer un permis alors que je ne suis même pas sûr du résultat... et là, vous me demandez de payer un bureau d'études pour chiffrer mon bâtiment parce qu'il manque pleiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin de données sur mes plans?  

Quand tu sais pas à quoi t'attendre, là, t'es servi... bien servi même !

Puis c'est pas fini, on t'en rajoute. Moi, j'y connais rien dans la construction, le bâtiment, qui fait quoi, où, comment, à quel moment, pourquoi? Je sais pas moi, quand tu veux une maison, tu demandes une maison, le constructeur il se dém.... et voilà. J'avais en tout cas l'impression que mon père travaille comme ça.

Bref, on te demande et c'est qui votre électricien, votre maçon, votre plombier, etc???

Et vous voulez quoi comme bardage, isolant, sol, mur, plafond, ...?

Mais je croyais que dans votre métier, on pouvait conseiller...Oui, mais sur le permis, ça doit être écrit, pour que vous ayez le permis, vous avez dû le définir avec l'archi par rapport à l'esthétique, etc. 

Et ben NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON!!!

Heureusement, il y a des gens patients, qui t'expliquent, qui prennent sur eux (en même temps, vu le coût du projet, ils peuvent quand même!!). 

Donc voilà, aujourd'hui, j'en suis là. Le permis est déposé avec des plans pas finis, pas de nomenclature, un bilan thermique donné à l'arrache, et j'en passe et des meilleurs... donc pas sûre du tout qu'il soit accepté et pas un chiffre pour mon plan économique pour le dossier DJA. 

J'espère juste et je croise les doigts, que le permis va être instruit rapidement pour que j'ai son accord (ou non, mais je veux pas non ou alors que si qq chose ne va pas, ils me le disent avant de donner un avis définitif) dans les temps pour déposer le dossier DJA. 

 

ça me rend dingo!!

Je suis sûre qu'il y a plein de gens qui vont me dire t'aurais dû faire comme ça, ou comme ça, t'aurais dû demander à un tel ou un tel, t'aurais pas dû dire ça, ....

Ce qui est fait est fait. J'avance comme je peux, aujourd'hui, je roule plus que j'avance d'ailleurs mais je fais ce que je peux avec ce que je sais. J'en apprends tous les jours, il faut le voir d'un oeil positif et je sais que je ne suis pas seule. 

PS : après relecture, je me rends bien compte que ça part dans tous les sens, mais finalement, ça représente bien ce que je suis en train de vivre alors, bon courage pour la lecture ! :)

Voir les commentaires

Rédigé par Axelle B.

Publié dans #La création ou reprise

Repost 0

Publié le 3 Février 2017

Peut-être coquille à son pied ...

Je viens de regarder... honte sur moi ... dernier article paru le 18 Octobre 2016 ... ça fait plus de 3 mois, ça, non? 

je vous jure que tous les jours de toutes les semaines, je me disais, il faut que j'écrive ce qui se passe, il faut que je partage ça, ou ça, ou bien ça... tellement de trucs à raconter : les marchés, la paperasse, les gens, et peut être coquille à son pied comme l'indique le titre...

Je vais commencer par les marchés car c'est ce qui m'a pris le plus de temps en fin d'année, même si, en comparaison des "installés" -j'entends ceux qui ont quelques années d'expérience-, je n'en ai vraiment pas fait beaucoup! D'ailleurs, j'en profite pour remercier mon frérot sans qui cela aurait été compliqué vu la taille de mon bidou en fin d'année, et ma moitié qui a contribué en gardant notre petit bout... et oui, nous avons un "handicap" en plus, pas de famille à proximité proche (pas mal l'expression) pour laisser le petit. 

 

Peut-être coquille à son pied ...

Les marchés, ça a l'air hyper cool comme ça, mais comme tout travail, il y a les avantages et les inconvénients. Et le plus gros inconvénient, c'est l'heure à laquelle vous devez vous pointer!

Et oui, quand vous allez faire votre marché, à 9h ou 10h, vous vous posez pas la question... et beh, moi, je vais vous le dire ... il faut être là entre 6h et 8h, que tout soit déballé pour l'arrivée des premiers badauds (?) même si votre première vente ne se fera que à 11h ! Vous vous dites...ça va, 8h, c'est pas la mer à boire...non, c'est vrai, mais rajoutez à ça l'heure de route, aux 5°C qu'il fait avec l'humidité qui vous monte par la semelle de vos chaussures et les deux journées précédentes à faire des journées de 6h-18h à l'atelier de transformation, debout toute la journée... ok, ça commence à fatiguer les guiboles là... bon, je me plains mais c'est un inconvénient, majeur c'est vrai mais après, vous avez tout le plaisir d'être là!

Et oui, car, maintenant, il faut vendre! Et pas que... Je vous l'avais déjà dit mais ce qu'y est bien sur les marchés, c'est que vous papotez avec les organisateurs, les voisins, ceux qui ont 30 ans d'expérience, ceux qui en ont 10, 5, 2... et du coup, vous avez les points de vue de tout le monde et c'est pas mal !! Et ils aiment bien les nouveaux! Il ne faut pas croire qu'ils vous regardent d'un oeil noir en se disant "encore un qui nous pique nos clients"...non, car on a tous un petit plus à vendre que le voisin n'a pas. Et puis, tu te rancardes sur les bons plans où il y a du monde, de la vente, de l'ambiance, c'est vraiment le top !

Et après toute ce papotage, il n'est que 8h, bien sûr, donc on cherche un petit café, un petit croissant ou une petite chocolatine, et on attend. Ca passe assez vite somme toute. Et puis voilà les premiers habitués... tu souris ... pas trop ... tu dis pas bonjour de suite sinon les gens se sentent agressés... le voisin harangue (hou, un mot compliqué) son "goûtez mon pain d'épices, allez-y, c'est gratuit!", moi, je regarde, je souris, j'observe, où va le premier regard du client, j'écoute... c'est marrant d'écouter car tu entends des vertes et des pas mûres devant ton stand... "bah, de l'escargot des vignes, il doit être plein de pesticides", "oh, de l'escargot de bourgogne", "encore un qui vend du petit gris", et tous ces gens, ils ne s'arrêtent même pas pour vérifier si ce qu'ils disent est vrai... alors, on attend, patients... généralement, il y a des gens curieux qui viennent poser des questions, heureusement!, des rigolos "eh, j'ai appris un mot aujourd'hui...héliciucu...hélicultrice ... hélicicultrice" "je suis contente pour vous" je réponds en souriant et "achetez mes produits" je pense tout bas. 

Mais heureusement, vient 11h30, le four chauffe et la première assiette de croquilles chauffe. Je me fais une petite place au milieu de la foule, et je propose..."hum, c'est trop bon" "tout se mange?" "mais c'est génial""et ça,c'est quoi?""roquefort, huuuuummmm""conté, hummmmm""le roquefort est trop fort" ... hou, la bonne blague me dis-je tout bas... "au beurre persillé, mon préféré"... et là, t'es content! et là, t'es fière, tu sais pourquoi tu es présentement là où tu es. 

Aujourd'hui, je ne fais déguster que ça car mes stocks sont réduits et que ça se vend quand même. Je sais que je vendrais plus si je faisais goûter les autres produits mais ce n'est pas mon but immédiat. 

Et de 11h30 à 13h, tu appâtes, tu discutes, tu racontes, tu épates... bon, éventuellement, tu vends, mais tu te fais surtout connaître! Et ça, c'est le plus important ! Les gens aiment, adorent, adhèrent, il faut se faire connaître. 

Ici, ils ne connaissent pas ce mode de consommation et je suis là pour leur apprendre, la fenêtre est grande ouverte et ils aiment. 

Puis après, vient 14h...15h...16h... des promeneurs surtout ou des gens qui reviennent prendre le surgelé ou des voisins qui viennent prendre une assiette avant de partir. 

Moi, j'ai adoré. Tu papotes beaucoup, tu partages, ça te revivifie pour les jours à venir!

Peut-être coquille à son pied ...

Et donc en me faisant connaître, j'ai fait quelques marchés supplémentaires et j'ai pris quelques cartes, que je n'ai pas pu honorer malheureusement. Et oui, il existe beaucoup de boutiques du terroir près de chez moi et dans l'Aude de manière générale, sauf que, et j'en reviens toujours au même, mes stocks étant limites pour les marchés, je ne pouvais pas mettre de produits dans les boutiques. Même là, en début d'année où je fais un break, je préfère les garder pour mes premiers marchés d'Avril que les mettre en boutique. C'est un choix, il n'est peut être pas bon. J'en ferai d'autres !

 

Peut-être coquille à son pied ...

Je vous fais de la lecture pour la journée là... ceux qui vont mettre j'aime en 2s, c'est qu'ils n'auront pas tout lu ;)

En fait, j'ai mis longtemps à écrire cet article car j'ai hésité à vous parler de mon projet qui prend forme. Je suis hyper contente mais en même temps, je flippe un peu. 

Aujourd'hui, le projet avance à vitesse grand V et c'est là que c'est flippant. 

On nous apprend, on nous forme en héliciculture à faire petit à petit, à ne pas investir, à ne pas trop risquer gros. Pourquoi? Parce que comme partout, on peut se planter. Sauf qu'à force du bric et du broc, forcément, tout s'en ressent... les parcs ne tiennent pas, la prédation est là, les escargots poussent mal. On se fatigue à aller transformer à 1h de chez soi, certains ont beaucoup plus... on sèche comme on peut donc on augmente les risques de perte ... bref, c'est un côté que je trouve dommage. Après, c'est très bien de faire petit à petit pendant 1an, voire 2 ou 3, mais à moment, il faut se donner les moyens de réussir et voir grand pour réussir grand!

Je suis un peu dans cette optique. J'ai déjà dans ma tête le projet global, dans son entière unité et cela me fait mal au coeur d'avoir un bout de terrain là, sans eau, sans électricité, à la merci de tous... d'avoir une salle de séchage là...d'avoir du matos chez moi, qui nous prend tout le cagibi, toute une chambre, et la moitié de la mezzanine... de devoir remplir ma voiture à chaque fois que je vais transformer, faire 1h de route, trouver une salle que je devrai renettoyer car je ne la trouve pas propre pour travailler, vider la voiture, travailler en me rendant compte que j'ai oublié ceci ou cela... crotte ... re-remplir la voiture, refaire 1h de route, re-vider la voiture ... bref, j'ai l'impression d'être des petits bouts d'héliciculteur, de ne pas être dans mon entière globalité dans mon boulot. 

Et du coup, ben, je vois grand. 

J'ai aujourd'hui, sur la commune de Comigne, un terrain qui m'est proposé, en limite de carte communale donc viabilisable assez facilement. Et avec l'aide de M. le Maire qui soutient mon projet d'installation, j'ai déjà rencontré pas mal de collaborateurs pour l'eau, l'électricité, l'agglo de Carcassonne, etc. qui sont tous à fond dans mon projet. J'ai la chance d'avoir un soutien de taille au sein du village. Et je ne remercierai jamais assez tous les habitants pour l'accueil et l'engouement pour mon projet. Mais j'ai toujours une petite appréhension de me dire qu'il y a des personnes que cela va vexer car je ne suis pas du village et je peux monter mon projet, alors que d'autres jeunes du village ne pourront pas s'y installer car le prix des terrains est devenu cher. ça me turlupine, mais je ne peux pas renoncer à cause de ça donc haut les coeurs et allons de l'avant !

Comme je suis en cours de demande de DJA (Dotation Jeunes Agriculteurs), pas seulement pour la DJA en elle-même, mais pour la reconnaissance de toutes les entités qui gravitent autour de cette DJA... impôts, MSA, banques, et j'en passe ! il me faut des coûts, des devis, tout ce qui peut chiffrer mon projet ! 

Donc aujourd'hui, le permis de construire de mon bâtiment est déposé ! J'ai quand même fait appel à un architecte pour qu'il m'aide à faire en plan ce que j'avais dans la tête ... je veux un beau bâtiment, respectueux, autant que faire se peut, qui ne gâche pas le paysage. Je veux que les gens qui viennent voir comment se passe l'élevage comprenne que l'agriculture aujourd'hui est un tout. On élève des bêtes, on les transforme, on les vend et on fait visiter. Pour que les gens comprennent que l'agriculteur n'est pas que quelqu'un dont on ne comprend rien à ce qu'il fait, il faut se rapprocher, parler, échanger, faire aimer notre métier. 

D'où mon projet. Je veux accueillir, partager, faire se poser des questions... mais aussi faire aimer mes produits. Le bâtiment pensé est dessiné aussi pour ça, l'accueil, le partage. Il est grand, il est beau. Il ne me reste plus qu'à trouver les artisans qui m'accompagneront et m'aideront à le construire au mieux. 

 

Peut-être coquille à son pied ...

Et ce qui fait flipper ... c'est que je n'ai plus le droit de me tromper !

Si le permis est accordé, les subventions et les prêts accordés, je n'ai plus le droit de me tromper!

Je serai un tout, mon bâtiment et moi, tout sera là pour bien travailler, accueillir les gens, discuter, leur proposer les produits de mon élevage mais aussi des producteurs alentours, faire venir ces producteurs pour qu'eux aussi ils discutent et papotent, faire découvrir les environs, l'alaric, à dos d'âne ou de cheval, faire des randonnées...bref, j'ai tellement plein d'idées dans ma tête que ça fait rêver! 

Je veux que ça profite au village, aux producteurs alentours, aux artistes alentours...

Voilà, vous savez tout... le projet avance... et ce n'est qu'un début !

PS : si vous connaissez des gens (entreprises) qui pourraient être intéressés pour m'accompagner dans la construction, et ce qui tourne autour, la pose des panneaux photovoltaïques, l'assainissement via filtres naturels et mares, des entreprises responsables, n'hésitez pas à partager, j'ai besoin de conseils de pro !

Voir les commentaires

Rédigé par Axelle B.

Publié dans #L'élevage d'escargots

Repost 0

Publié le 18 Octobre 2016

Le test fatal ...

Je voulais faire un petit post sur l'expérience de faire ses propres produits. 

On pense à tort qu'avec son petit book de recettes, avec ses ingrédients, ses listes, et tout le toutim, on arrivera à retrouver exactement les mêmes produits que ceux goûtés, testés, aimés. 

Je suis, pour ma part, partie pour la plupart des produits sur les produits de mon maître de stage et de ma formation. J'ai un peu mixé des deux. Je n'ai pas encore pu tout faire car le laboratoire est un peu loin et je bosse toute seule avec mes 2 petites mimines et je ne vais pas très vite. Oui, car quand on travaille tout seul, généralement, on ne fait pas la course à celui qui va en faire le plus... Moi, en tout cas, quand je travaille seule, c'est relax man, cool la vie, faut pas se presser ... donc oui, je décoquille moitié moins que ce que je devrais faire pour être rentable, je mets en pot pareil, et je vais voir, mais pour les coquilles et croquilles, je pense que ça va être pareil! 

Bref, vous pensez que dès que les produits sont sortis de l'autoclave, je me suis jetée dessus pour goûter? 

QUE NENNI !!!

Le flip, le stress, l'angoisse, la trouille ... et s'ils étaient dégueu ??

Alors, non... j'ai reporté chaque jour l'heure fatidique de les goûter. Et pire, j'ai attendu d'être toute seule pour les goûter de peur d'être jugée et critiquée. C'est horrible mais tellement humain. 

Mais je savais qu'il faudrait les goûter car jamais, au grand JAMAIS, je n'aurai pu vendre mes produits sans les avoir goûté. 

DONC, je me suis pris par la main, allez pépette, faut y aller et j'ai sauté dans le grand bain. 

Et là, ô surprise et ô joie, ils ne sont pas inmangeables ! Mais je vous assure que vous avez cette peur là jusqu'à ce que vous les goûtiez. Et même plus, ils sont bons et je suis fière de moi ! 

Je retrouve les chairs marinés dans l'huile d'olive au goût si doux et onctueux avec l'huile qui finit par le piquant du piment oiseau qui relève le tout...

Je retrouve le goût de la tomate, bien relevé, les chairs sont un peu durs, il est vrai mais c'ests parce que la sauce est moins liquide... mais c'est bon... à froid et à chaud! (Pour cela, j'ai eu un peu peur car je n'ai pas suivi la recette à la lettre, je l'avoue!)

Et les court-bouillonnés, c'est tout con les court-bouillonnés mais ils sont super bons !!

Bref, je suis contente !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Axelle B.

Publié dans #L'élevage d'escargots

Repost 0

Publié le 14 Octobre 2016

Dans les starting block !!

Cela fait un petit moment que je me dis qu'il faudrait que je rédige un petit quelque chose pour vous ... Sachez qu'il se passe quand même beaucoup de choses en ce moment car c'est la pleine période qui commence pour les escargots, les fêtes de fin d'année approchant!

Si vous voulez du live, n'hésitez pas à aller sur la page facebook surtout, il y a plus de photos et de suivi :

www.facebook.com/lescargotdesvignes/

La dernière fois, j'étais un peu à la bourre sur tout ... et oui, ça arrive, comme une cocotte minute, on attend que la pression monte pour se mettre au boulot! C'est un peu ce qui m'est arrivé, et depuis je n'ai pas chaumé!

Les documents de la DDCSPP sont ok, enfin, la déclaration, après, s'il y en a d'autres, je ne suis pas au courant ;) ... les réservations au laboratoire de la CUMA vont bon train... enfin, vont bon train... comment vous expliquez sans paraître méchante et discourtoise ce qui m'arrive là-bas?

Je vais le résumer par : trop bonne, trop conne. En gros, on adhère au laboratoire et après il faut s'organiser pour avoir des dates. Sauf que les vieux de la vieille ont pris leurs dates au moins l'an passé et donc qu'il est déjà difficile de s'immiscer dedans ... et qu'en plus, comme ce sont majoritairement des éleveurs de canards gras, ce sont les mêmes périodes que pour les escargots... donc c'est compliqué! Et par dessus ça, ben, on peut vous sucrer vos jours si on s'aperçoit qu'on s'est trompé ... et c'est pas le vieux de la vieille qui va sortir du planning... ben non, ce sera trop bonne trop conne! Donc là, ça fait déjà 2 fois qu'on me demande gentiment de décaler mes jours... et trop bonne trop conne que je suis, ben, elle laisse sa place. 

Je ne veux pas cracher sur les gens qui sont adorables, très serviables, gentils et tout, c'est un ressenti, je ne leur en veux pas. Je ne crache pas non plus sur le laboratoire, car j'ai la chance d'avoir un laboratoire pas trop loin (1h de route aller). 

Mais j'ai quand même dû acheter tout le petit matériel (bacs, bols, boîtes, écumoirs, etc.) plus une balance (le comble!), un cutter, ... tout ça pour la modique somme de trop cher ! Et oui, comme c'est un laboratoire d'adhérents pour la majorité qui fait de la découpe, abattage et peu de transformation, il y a peu de matériel. Et les gros comme les marmites et les autoclaves, (un sur deux à chaque fois) doivent être réparés donc encore plus compliqué sur les plannings! 

Donc à partir de la semaine prochaine, j'irai bossé la nuit, je serai tranquille, crevée mais tranquille ! Et maintenant, je prie pour pouvoir faire mon laboratoire très vite car c'est quand même une petite liberté ... quand vous avez une heure de route à faire juste pour remplir la marmite et mettre l'eau à bouillir... y'en a pour une heure et demi que ça chauffe ! 

Donc voilà, c'était mon petit coup de gueule ...

Il va y en avoir d'autres, c'est sûr ! 

Dans les starting block !!

Vu que je vous raconte plusieurs mois en un petit article, et que tout me vient mélangé, vous allez avoir du melting pot ... Tant pis pour vous !

Sachez que j'ai fait une petite nocturne pour les gens du village car beaucoup me demandait comment ça se passait et s'ils étaient gros (les escargots, bien sûr!). Donc, j'ai fait une petite visite à la frontale un soir. C'était super sympa car les gens sont venus avec les enfants, tout timides, les ados, curieux! Ils étaient vraiment contents de voir ça et ils ont été ébahis de voir la taille et la quantité qu'il y avait dans les parcs. 

Soit dit en passant pour la quantité, je me suis rendue compte au ramassage que j'ai dû avoir des soucis lors de la mise en parc qui ont provoqué la mort de beaucouuuuup de petits bébés. Sauf que tant qu'on ramasse pas, on ne peut pas savoir. En gros, pour 30 000 mis en parc, j'en ai ramassé 10 000 ... :( ... c'est moche, mais je ne peux pas baisser les bras maintenant ! Je sais que ma préparation de parcs n'a pas été à son optimum dû à la formation un peu éloignée de mon domicile, je ferai beaucoup mieux l'an prochain. Pour cette année, si je vends tout, j'essaierai de trouver de l'approvisionnement en vifs ou en blanchis pour avancer et finir l'année ! 

Voilà, la parenthèse larmoiement est faite. 

Du coup, la visite nocturne a eu un bon point, c'est que des correspondants de l'indépendant (journal du sud), m'ont demandé un petit article. Que je vous ai mis sur la page facebook (si vous êtes sage, je la mettrai sur le blog). Et que grâce à ce petit article, j'ai déjà eu des demandes de produits. J'ai du expliquer que je commençais la transformation et qu'il fallait être un peu patients, mais commande prise pour semaine prochaine. 

C'est pour ça qu'il ne faut pas baisser les bras ! Pour eux, pour vous, pour moi !!

Dans les starting block !!

Donc là, j'ai des escargots qui sèchent qui attendent d'être abattus -et il risque d'attendre longtemps vu le planning du labo - ... j'ai des bocaux qui attendent d'être étiquetés sur ma table de cuisine - ben oui, je me suis plantée en achetant la planche d'étiquettes adhsives, je voulais une a4 et en fait c'est prédécoupé n'importe comment, le boulet !- ... j'ai encore des bocaux dans ma chambre d'amis qui attendent un petit coup de nettoyage et d'étiquette - le nettoyage c'est parce qu'à la première autoclave, j'ai 11 pots qui ont explosé, ça vous en fait du gras dans l'autoclave ! - ... et ma chambre d'amis ne ressemble plus à une chambre d'amis mais plutôt à un bureau de stock avec 2 grands congélateurs, 1 congélateur pour les marchés, des cartons partout, des grosses glacières métro, bref, c'est plus une chambre ! Donc les amis, attendez un peu pour venir ! ou prévenez largement à l'avance pour s'organiser !! ;) ... Mais vous êtes les bienvenus bien sûr !

Dans les starting block !!Dans les starting block !!
Dans les starting block !!

Les flyers sont faits, les banderoles pour le marché aussi, ma pancarte avec le nom de tous mes anges gardiens de miimosa aussi - pour mettre sur le stand et que tout le monde les voit ! - j'ai une table de 1.80m, un petit four pour les marchés, des petits bibelots pour la déco... Il manquerait une autre table pour mettre le four, une nappe ou deux, et diverses petites choses ! Mais surtout les clients ! 

Alors, si vous avez lu jusqu'ici, n'hésitez pas à partager pour les gens du sud ! 

Maintenant, il faut croiser les doigts !

Voir les commentaires

Rédigé par Axelle B.

Publié dans #L'élevage d'escargots

Repost 0

Publié le 22 Août 2016

Le quotidien d'un hélicicul...quoi?

Mon blog déchante ces temps-ci... et moi aussi, c'est marrant!

Peut-être pas si marrant en fait!

Ce qui est rigolo quand on se voit en Mai-Juin, et qu'on se dit :"J'ai tout ça à faire mais je m'en occuperai cet été car je n'aurai rien à faire"...oui, ben, on trouve toujours mieux à faire, même si c'est notre entreprise et qu'il faut se sortir les doigts!

Donc je me retrouve à fin Août, donc début Septembre, donc bientôt dates un peu ouf pour les escargots avec rien...

J'ai vite fait ma déclaration cerfa n° xzfgh de l'administration cette semaine car j'y ai pensé, j'ai vite fait appelé la CUMA pour réserver les salles de cuisson pour l'abattage car la date limite est le 20 de chaque mois pour le suivant et on est le 22 ... oups .... heureusement, elle est très très gentille ;) !

Mais sinon, le site web avance pas, mes achats de matières premières, de petit matériel de cuisson, de bocaux, non plus, la salle pour sécher, j'en ai une au cas où mais j'ai peur qu'il y fasse un peu nhumide...donc pas très bon....mes étiquettes n'ont pas encore vu poindre le jour...faut que je trie les recettes...que je prépare mes docs de traça ...

BREF, c'est pas facile la vie de glandeur!

Noooooon, mais c'est comme à chaque fois qu'on a des milliards de trucs à faire et à penser, généralement, on ne les fait pas ou alors, il faut vraiment s'y mettre et ça avance tout seul.

Tout ça, c'est une partie infinitésimale de ce que je dois faire, je fais quand même des trucs dans le quotidien de l'héliciculteur!

Le quotidien d'un hélicicul...quoi?

J'ai changé ma signalisation, car elle était un peu bancale et vétuste.... déjà, après même pas 3 mois, et oui. Donc numéro de téléphone pour les gens désireux de visiter, de comprendre, bref, disponible quoi!

Ensuite, et je ne mets pas de photos car c'est cradoc, il y a de l'entretien de la végétation, non, ça ça va, du ramassage des escargots morts, des coquilles, de l'aliment non mangé qui pourrit. Et oui, tout ceci est normal dans un élevage, ne croyez pas que c'est juste chez moi !! Non, non, non, les escargots meurent pour de multiples raisons et vu qu'on ne sait pas si c'est naturel ou pas, il vaut mieux les enlever au fur et à mesure pour ne pas créer une épidémie et tous les voir dépérir! Bon, si c'est des rongeurs, vous ne verrez pas grand chose, à part les crottes de leur passage ...ce que j'observe de temps en temps mais très peu. J'ai aussi des grenouilles dans mon causse caillouteux et sec, qui l'eut crû?!? Des larves de machin chose qui grignotent mes escargots, des petits escargots mangeurs d'escargots, je suis devenue une killeuse à insectes, moi qui déteste ça, il y a un moment où on n'a pas le choix, c'est sûr!

Enfin, il faut nourrir ces cochons qui se goinfrent toutes les nuits de mon aliment BBC... ça n'a pas été flagrant jusqu'à maintenant, mais là, c'est beaucoup plus observable! Ce qui donne un indice de leur grande consommation d'aliment, c'est leur excrément ... et oui, il est tout blanc et sec quand ils consomment de l'aliment et on voit les pistes des escargots sur les planches !

Et surtout, il faut commencer à prendre des contacts, les bons, bien sûr!, pour faire sa petite place et se faire connaître. Car on n'y pense pas, mais le monde des marchés et des foires est tout petit et généralement, il suffit de pas grand chose pour que vous y ayez votre place ou pas. Ce qui est bien dans l'Aude, et ce n'est pas ironique du tout, c'est qu'ils militent beaucoup pour les producteurs donc il y a beaucoup de communication là dessus. Et ça, c'est un sacré coup de pouce!

Le quotidien d'un hélicicul...quoi?

Et pour finir, il faut se BOUGER les fesses !!!

Le quotidien d'un hélicicul...quoi?

Je sais qu'il n'y a pas beaucoup de photos sur mon article mais elles sont dans mon appareil et la glandeuse a un peu la flemme... mais surtout, n'hésitez pas à recouper tout ça avec ma page facebook où justement, il y a plus de photos et pas trop de blabla...

www.facebook.com/lescargotdesvignes/

Voir les commentaires

Rédigé par Axelle B.

Publié dans #L'élevage d'escargots

Repost 0